Saint-Philbert-de-Bouaine :
laboratoire des déchets fermentescibles

Page d'origine : http://membres.lycos.fr/bouaineline/compostage.htm

La commune  mène une expérience tout à fait nouvelle en France : le compostage collectif de la fraction des fermentescibles des ordures ménagères (FFOM) et des déchets verts.

Les habitants de Saint-Philbert-de-Bouaine ont montré en 2000 leur hostilité et leur détermination contre un projet départemental de création sur son territoire d'un centre d'enfouissement technique des déchets ménagers. Ils ont nourri cette opposition en démontant les mécanismes de la gestion des déchets. Ils ont ainsi pu dénoncer l'absence de l'observation de la loi qui met en priorité la réduction des déchets. Aujourd'hui, ils participent à une expérience d'apport volontaire des FFOM sur une plate-forme dans l'agglomération pour leur compostage, et montrer ainsi leur exemplarité dans la gestion des déchets.

 

Le compostage  mis en pratique à Saint Philbert !

Le syndicat mixte Montaigu-Rocheservière mène, avec la commune de Saint-Philbert-de-Bouaine, une expérimentation sur le compostage.

Le compostage, qu'est-ce que c'est ?

Le compostage résulte de l'action de micro-organismes qui transforment les déchets organiques en présence d'eau et d'oxygène pour donner du compost, c'est-à-dire un produit comparable à de l'humus.

En quoi va consister cette expérimentation ?

Les habitants de Saint-Philbert de Bouaine sont invités à apporter la partie fermentescible de leurs ordures ménagères sur un site où ces déchets sont ensuite compostés. Le site n'est accessible qu'aux heures d'ouverture car il est gardé.

Un équipement spécifique est proposé aux usagers pour leur faciliter ce nouveau geste de tri : un seau, un bac, un guide et un aide-mémoire.

Depuis quand peut-on trier nos déchets organiques ?

Cette opération a débuté le 29 octobre 2002. Une information a été organisée à l'ensemble de la population pour l'informer de la date de démarrage et pour préciser toutes les modalités pratiques dans le cadre de réunions de quartier.

Est-ce que ce mode de compostage existe ailleurs ?

L'existence du compostage dit de quartier est anecdotique en France. Ce qui est répandu, en revanche c'est le compostage individuel où chaque usager produit, chez lui, son compost.

Pourquoi alors, avoir choisi le compostage de quartier ?

Le choix du compostage de quartier a été fait par les élus du syndicat mixte et de la commune de Saint Philbert afin, entre autre de répondre aux difficultés que peuvent rencontrer les usagers dans l'élimination de leurs déchets verts. Ces déchets sont, en effet, mélangés avec les ordures organiques pour améliorer la qualité du compost.
De plus, dans le cas présent, la seule contrainte de l'habitant consiste à aller porter la partie fermentescible de ses déchets sur la plate-forme. Dans le cas du compostage individuel les usagers doivent " mettre la main à la pâte " en réalisant eux-mêmes leur compost.
Enfin, le compost ainsi obtenu devrait avoir une meilleure qualité qu'un compost obtenu par compostage individuel et des analyses seront effectuées pou.- suivre sa composition.

Et si je compostais déjà ?

Il est bien évident que les habitants qui ont l'habitude de composter chez eux leurs déchets organiques sont encourager à continuer. La personne qui garde la plate-forme de compostage est à leur disposition pour leur apporter les conseils utiles dans la bonne réalisation de leur compost.

 

Expérimentation de compostage d'agglomération

Objectif

  1. Supprimer le dépôt des déchets fermentescibles dans la poubelle des ordures ménagères pour les usagers résidant dans le bourg.
  2. Valoriser tous les déchets verts : tontes de pelouse, tailles de haies, branchages…
  3. Mesurer les éléments participant à l'expérimentation pilote pour servir à la mise en place généralisée dans les autres communes du syndicat.

Acteurs

Champ et limites

Cette action s'adresse à tous les usagers déposant actuellement leurs déchets fermentescibles dans la poubelle des ordures ménagères pour leur proposer un traitement permettant de les valoriser.

Les usagers qui traitent actuellement leurs déchets fermentescibles chez eux (compostage, tas dans le jardin…) peuvent continuer ce mode individuel, ou opter pour le compostage d'agglomération, pour tout ou partie.

Tous les déchets verts non souillés sont acceptés, pourvu que soient séparés les éléments directement utilisables en compost de ceux qui nécessitent un broyage préalable.

Conséquences attendues

Infrastructure de compostage

L'expérimentation prévoit deux sites aux fonctions différentes :

  1. La plate-forme de compostage au plus près du centre de l'agglomération reçoit les déchets fermentescibles et les déchets verts directement compostables. Un bac contenant le résultat des broyages est aussi installé.
    Cette plate-formeest fermée par une barrière pour repousser les chiens et dissuader les dépôts sauvages.
  2. Le site de Landefrère est maintenu exclusivement pour l'accueil des déchets verts. Les tailles de haies et les branchages y sont broyés chaque trimestre.

Fonctionnement

Sur la plate-forme, le procédé comprend plusieurs opérations :
- la réception et le stockage des déchets
- la constitution d'andains
- la fermentation avec retournements des andains
- la maturation avec retournements des andains
- le stockage et l'écoulement du compost.

Grâce aux branches et brindilles, même broyées, l'air circule suffisamment dans les andains pour qu'on se contente de ne les retourner que toutes les 3 à 4 semaines.

La plate-forme de compostage n'est ouverte qu'aux heures de présence du maître composteur,le mardi de 8H30 à 9H30, le jeudi de 17H à 18H, et le samedi de 10H30 à 12H30. Les fermentescibles sont recouverts de déchets verts à raison de deux pour un.

Les usagers viennent y vider leur bio-seau ou leur bio-bac. Ils trouvent sur place un point d'eau pour le nettoyer.

Le maître composteur opère un contrôle du processus jusqu'à l'obtention d'un compost au bout d'environ trois mois.

Communication

Le second pilier de la réussite réside dans la communication qui a quatre axes d'approche :
- le compostage des fermentescibles est dans la continuité du tri sélectif pour réduire encore le contenu de la poubelle ;
- le processus se déroule sans générer d'odeurs ni de pollutions, dans un espace propre ;
- le compostage fait l'objet d'un suivi technique et sanitaire ;
- la réduction du volume d'ordures ménagères viendra compenser la forte augmentation du coût de leur traitement.

En outre, la participation à cette expérimentation est un geste citoyen, pour créer un produit de valeur, et pour s'opposer à l'enfouissement.

Que peut-on composter ?

La fraction fermentescible des ordures ménagères

déchets de cuisine : épluchures, coquilles d'œufs, marc de café, filtres en papier, pain, laitages, croûtes de fromages, restes de viande, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés,...

déchets de maison : mouchoirs en papier, essuie-tout, cendres de bois, sciures, copeaux, papier journal, plantes d'intérieur,...

Les déchets verts

déchets de jardin faciles à composter : tontes de gazon, feuilles, fleurs fanées, mauvaises herbes,...

déchets à broyer : tailles de haies, trognons de chou, branches, …

Les premiers bilans

La caractérisation du contenu des poubelles en septembre a permis de mesurer un taux de 24,85% de putrescibles. C'est cette fraction qui est visée par l'expérimentation qui a débuté le 29 octobre. Après cinq semaines, 436 dépôts ont été effectués sur la plate-forme pour une masse totale de 4238 kg. 186 foyers ont participé, à rapprocher des 300 qui ont été équipés et des 540 potentiellement concernés. Le lancement est encourageant, la progression continue. Il reste onze mois pour assurer la réussite de l'expérimentation en accroissant encore la participation.

Les relais de quartier se sont réunis le 12 décembre pour échanger avec le maître composteur. La mobilisation exceptionnelle témoigne d'une volonté d'en finir avec les déchets fermentescibles : vive le compost !!!